Suisse : une série de 5 reportages sur le HPI diffusée par la RTS

Brèves Scolarité

La RTS, chaîne de télévision en Suisse, propose une série de 5 reportages sur le HPI. Ils sont visibles sur son site Internet et traitent de diverses questions sur le sujet. On peut, par exemple, y suivre des enfants scolarisés dans un établissement spécialisé. Ou des candidats à l’adhésion à Mensa, à Genève…

Reportages sur le HPI
La RTS propose une série de reportages sur le HPI sur son site Internet (Capture d’écran)

En Suisse, la RTS propose une série de reportages et de documentaires sur le haut potentiel intellectuel (HPI). Elle s’intitule « Haut potentiel : mon QI, ma bataille » et regroupe, pour le moment, cinq épisodes. Ils sont signés par Raphaële Bouchet, avec Jean-Daniel Motter à la réalisation et Laurence Difélix à la production.

Sur le site Internet de la chaîne de télévision, une page explique que ces reportages sur le HPI visent à présenter ceux qu’on « appelait autrefois surdoués ou enfants précoces ». Un descriptif qui vire rapidement à la victimisation des surdoués. Car « leur intelligence très rapide et leur hypersensibilité peuvent être source d’une grande souffrance à laquelle l’école ou le monde du travail ne sait pas toujours répondre ». Car oui, même en Suisse, il faut aguicher le téléspectateur. Et généralement, pour cela, il reste très efficace de jouer sur les émotions.

Ces reportages sur le HPI tentent ainsi de répondre à plusieurs questions sur ce « sujet de société à la mode ». « Qu’est-ce qui pousse de nombreuses personnes à passer un test de QI ou à la demander pour leurs enfants ? Le terme de « HP » est-il une étiquette pratique et rassurante que l’on colle parfois un peu vite sur le front d’enfants à problèmes ou d’adultes inadaptés ? ».

5 reportages sur le HPI

Le premier épisode de cette série de reportages sur le HPI s’intitule « Cerveaux en ébullition ». Il suit des élèves HPI qui, dans certains établissements, bénéficient d’un aménagement du rythme scolaire. Il leur permet de travailler sur des projets personnels ou collectif. C’est le cas des jeunes de l’école primaire d’Avry-sur-Matran, dans le canton de Fribourg (Suisse). Le deuxième épisode s’intéresse à l’ennui des enfants intellectuellement précoces (EIP). Mais aussi aux souffrances et au rejet dont certains souffrent dans leur vie sociale.

La série de reportages sur le HPI se poursuit avec un troisième épisode : « décalage permanent ». Anne-France Tille, psychologue et psychothérapeute à Lausanne, y prend la parole. Elle s’occupe spécifiquement d’individus HPI. Parmi eux, Cédric, électricien, en burn-out depuis plusieurs mois. Vient ensuite le quatrième épisode baptisé « Le bonheur est dans le privé ? ». Il présente l’école Germaine-de-Staël qui accueille des EIP depuis maintenant onze ans. Ils y suivent un programme « exigeant, mais adapté au rythme de chacun ».

Quant au cinquième épisode de cette série de reportages sur le HPI, il parle de l’association Mensa. Ce « club des surdoué.e.s » réunit environ 150 000 membres HPI à travers le monde. Ils sont près de 1 500 en Suisse où, à Genève, Pierre Février-Vincent accueille les candidats qui souhaitent passer le test leur permettant d’adhérer à Mensa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *