Suicide d'Evaëlle

Suicide d’Evaëlle : les parents dénoncent l’attitude d’une enseignante

Brèves Scolarité

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le suicide d’Evaëlle, jeune fille de 11 ans le 21 juin 2019. Cette élève intellectuellement précoce était harcelée par des camarades. Elle avait changé de collège, mais les brimades avaient continué. Pire : l’une de ses professeures l’aurait également humiliée…

Suicide d'Evaëlle
Evaëlle était harcelée par des camarades. Mais, selon ses parents, elle aurait aussi subi des humiliations de la part d’une enseignante… (Photo by Sharon McCutcheon on Unsplash)

C’est une histoire dramatique qui prouve à nouveau la preuve que le système scolaire français peine à prendre en charge les élèves qui s’écartent un peu de la moyenne (LIRE : Lorraine : un élève surdoué humilié par l’équipe éducative de son école). Une jeune fille intellectuellement précoce de 11 ans s’est suicidée le 21 juin 2019 après avoir été harcelée dans deux collèges différents, rapporte Le Parisien.

La jeune élève fréquentait un collège à Herblay, dans le Val-d’Oise, jusqu’en février 2019. Mais face aux moqueries et même aux coups de certains élèves, ses parents ont décidé de l’inscrire dans un autre établissement du même secteur pour la fin d’année scolaire. Sauf qu’Evaëlle y était encore harcelée…

La professeure traitait Evaëlle de « folle »

Mais pas que par les élèves visiblement. Selon ses parents, qui ont porté plainte deux fois pour harcèlement scolaire, une enseignante serait également en cause. Le Parisien rapporte le témoignage d’une camarade de la jeune surdouée qui s’est donnée la mort. Selon elle, la professeure qualifiait régulièrement Evaëlle de « folle ». Une de ses anciennes élèves signale également des propos humiliants à l’encontre des collégiens.

Evaëlle était une élève quelque peu « différente ». Ses parents la décrivent comme « très lucide ». Mais aussi avec une volonté d’être amie avec tout le monde. Ce qui l’a peut-être conduit à des comportements excessifs et à son rejet par une partie des autres pré-adolescents.

Des mesures contre les élèves harceleurs mais pas contre l’enseignante

Selon l’Inspection académique du Val-d’Oise que Le Parisien a contactée, « l’établissement a fait le nécessaire vis-à-vis des élèves harceleurs ». L’équipe du collège aurait mis en place la méthode Pikas. Celle-ci consiste en une médiation entre les élèves impliqués dans des situation de harcèlement. Créée en Suède, cette méthode a déjà fait ses preuves en Finlande, en Australie et au Canada. En revanche, pas un mot sur d’éventuelles mesures pour l’enseignante mise en cause…

Des proches des parents de la jeune fille ont ouvert une cagnotte pour les aider. Mais ils ont décidé de reverser l’argent récolté à une association qui lutte contre le harcèlement scolaire.

Retrouvez notre dossier sur la scolarité des élèves surdoués

2 thoughts on “Suicide d’Evaëlle : les parents dénoncent l’attitude d’une enseignante

  1. Nous pourrions, nous aussi, parler du harcèlement par professeurs, mais également pas des membres de la Direction de l’établissement scolaire, vis à vis de notre fille, DYS et HP. Deux années de galère, mais avec un final grandiose, puisque le Bac est en poche, avec mention AB. Si notre histoire, vous intéresse, contactez nous.

  2. Cela dit, l’histoire d’Evaelle est proprement lamentable. Certains enseignants se sentent (se croient ?)intouchables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *