Sophia Boujana : « Les jeunes HPI ne nécessitent pas de prise en charge pédagogique spécifique »

Entretiens Scolarité

Sophia Boujana est la fondatrice de So Potentiel (Lire sur La Revue du Zèbre). Il s’agit d’un organisme de soutien scolaire, entre autres spécialisé autour du haut potentiel intellectuel et des troubles de l’apprentissage. Elle répond aux questions de la Revue du Zèbre…

Sophia Boujana
Capture d’écran du site Internet de So Potentiel

La Revue du Zèbre – Quel parcours avez-vous suivi avant de fonder So Potentiel ?

Sophia Boujana : Avant de créer mon entreprise, j’ai obtenu une Maîtrise de Lettres Modernes, avec mention, en 2016. Après cela, j’ai poursuivi mon CDI étudiant en tant que vendeuse dans une boutique de prêt-à-porter. J’y prenais en charge les stagiaires et la communication.

J’ai ensuite fait un stage chez France Télévisions en tant que community manager et assistante de production. Avant d’être enseignante de Français, de Philosophie et de Méthode de travail au sein de plusieurs organismes de soutien scolaire. Quelques mois plus tard, je créais mon entreprise So Potentiel, en septembre 2018.

La Revue du Zèbre – Qu’est-ce qui vous a conduit à lancer votre société de soutien scolaire ?

Sophia Boujana : Lors de mes contrats d’enseignante au sein de ces organismes, j’ai appris l’existence des troubles des apprentissages et du haut potentiel intellectuel (HPI). En amont, dans mon cheminement personnel, je passais les tests psychométriques qui confirmaient mon HPI.

J’ai profondément été touchée par ces profils d’élèves que j’aimais aider, et avec lesquels le relationnel était prometteur. Ne pouvant évoluer au-delà au sein de ces organismes classiques, j’ai décidé, sur les conseils de ma psychothérapeute, de créer mon propre organisme de soutien scolaire spécialisé en Français et Méthode de travail. Pour cela, je me suis formée en Métacognition, dans l’accompagnement des HPI et en autodidacte.

Accompagnement, ateliers et métacognition

La Revue du Zèbre – Quelles prestations proposez-vous avec So Potentiel ?

Sophia Boujana : Avec So Potentiel, je propose des accompagnements réguliers ou ponctuels personnalisés, adaptés à tous les profils d’élèves, directement à leur domicile. Cet accompagnement peut aussi se faire à distance selon les problématiques. Je propose également des stages de révision et des ateliers en petits groupes. Mais aussi des ateliers en ligne à destination des accompagnant·e·s.

Je développe aussi des ateliers en présentiel avec La Bulle, un salon de thé à Orléans, autour de la motivation et de la concentration, à partir de 12 ans. Etant formatrice et consultante pédagogique au sein d’une agence, je vais tout nouvellement proposer des formations autour de la métacognition.

La Revue du Zèbre – A qui s’adressent-elles ?

Sophia Boujana : Ces prestations s’adressent à tous les élèves, et j’insiste là-dessus ! Du niveau primaire post-bac. Le cœur de ma pédagogie consiste à faire du sens et du lien entre les savoirs, et à inclure tous les profils d’apprentissage. Les ateliers en ligne s’adresse aux accompagnant·e·s et les ateliers en présentiel à tout le monde à partir de 12 ans.

La Revue du Zèbre – Quels en sont les tarifs ?

Sophia Boujana : Pour le soutien scolaire spécialisé en Français et Méthode de travail (toutes matières) : 50 €/h ou 45 €/h (avec le forfait 10h) et 40 €/h (avec le forfait 20h).

Les ateliers en ligne sont de 20 € les 2 heures et les ateliers en présentiel, 22 € l’heure. Ces tarifs vont évoluer l’année prochaine.

Sophia Boujana : « Tous les élèves sont en quête de sens »

La Revue du Zèbre – En quoi les jeunes à haut potentiel intellectuel nécessitent-ils, selon vous, une prise en charge pédagogique spécifique ?

Sophia Boujana : Les jeunes HPI ne nécessitent pas de prise en charge pédagogique spécifique. Avec l’expérience, j’ai observé que tous les élèves étaient en quête de sens dans les apprentissages proposés par le système classique. Ils sont considérés comme des élèves à besoins spécifiques mais je reste sur la réserve à ce sujet.

Par exemple, il a été observé qu’il était contre-productif de les regrouper dans une classe spéciale. Néanmoins, il a été observé que l’approfondissement était une approche efficiente. L’approche métacognitive est donc systématiquement intégrée dans ce type de suivi : apprendre à apprendre, comprendre ses processus mentaux, mémoriser efficacement etc.

Spécialisé ne signifie pas « à destination de ». Mais cela signifie que je connais ces problématiques et que les suivis que je propose sont adaptés à eux. Cet accompagnement intègre aussi l’information : j’insiste sur le fait que leur trouble (DYS, TDA/H) et/ou leur différence rare (HPI) ne les définit pas : iels donnent une information sur elleux.

1 thought on “Sophia Boujana : « Les jeunes HPI ne nécessitent pas de prise en charge pédagogique spécifique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *