Québec : le concours Dictée PGL contre l’ennui scolaire d’un jeune surdoué

Brèves Scolarité

Et si la compétition était un moyen efficace de lutter contre l’ennui scolaire des élèves surdoués ? S’il est évidemment impossible d’apporter une réponse définitive et universelle à la question, l’exemple de Zacharie Bédard est intéressant. Ce jeune québécois, diagnostiqué haut potentiel intellectuel, s’est inscrit au concours international Dictée PGL car il avait du mal à se motiver en classe. Cela l’a stimulé et a boosté sa confiance. Et ce n’est pas fini car il est qualifié pour la grande finale. Celle-ci aura lieu à Montréal le 19 mai prochain.

Zacharie préfère les maths au français et pourtant il participera à la finale de la Dictée PGL à Montréal (Photo : Matthew Henry from Burst

Le journal canadien QuebecHebdo.com publie le portrait, signé Périne Gruson, de Zacharie Bédard sur son site Internet. Ce jeune garçon de 11 ans, diagnostiqué surdoué, participera à la finale internationale de la Dictée PGL, à Montréal (Canada) le 19 mai 2019. Il s’agit d’une grande compétition francophone d’orthographe. Le jeune québécois espère y décrocher une bourse.

Cela représenterait une consécration pour cet élève de sixième. En effet, il n’a pas forcément réussi à s’épanouir à l’école jusqu’à présent. Il s’ennuie beaucoup en classe. Après avoir appris à lire à trois ans, il dévore des livres, sans aide, depuis l’âge de quatre ans. Alors, son niveau en français est déjà élevé. Ses professeurs ont proposé à ses parents de lui faire sauter une classe. Mais ils ont refusé de peur d’accentuer son décalage.

Zacharie cartonne en dictée mais il préfères les maths !

Alors, ils ont décidé de l’extraire de l’école publique pour se tourner vers un établissement spécialisé. C’est ainsi que Zacharie Bédard a intégré l’école Vision Saint-Augustin au Québec. Il s’y plait. Même si, souvent, il trouve que les apprentissages ne vont pas assez vite. C’est ainsi qu’il termine régulièrement ses exercices en avance. Heureusement, l’école propose un programme spécifique en langues vivantes. Zacharie peut ainsi en apprendre deux en plus du français. Ce qui l’aide à s’investir et à maintenir son attention en cours.

S’il excelle en orthographe et lit beaucoup, ce qu’il préfère, ce sont les matières scientifiques et les mathématiques. Et alors qu’il disputera la finale d’une compétition internationale de dictée, il avoue ne « pas vraiment » aimer l’exercice ! Il prend cela plutôt comme un défi. L’occasion de se mesurer à une épreuve stressante face, notamment, à des caméras des télévision. Avec à la clé, outre la bourse pour ses études, la promesse de ses parents de lui acheter un ordinateur s’il remporte la finale de la Dictée PGL.

« Je vais à l’école et je verrai bien où cela me mène »

Un succès serait aussi un bon moyen d’offrir un peu de confiance à Zacharie Bédard. Ce jeune surdoué souffre, en effet, d’anxiété. Particulièrement à l’école. Par ailleurs, ses centres d’intérêt changent souvent et il est compliqué pour lui de se projeter. « Les mathématiques sont ma seule passion durable, explique-t-il. Je vais à l’école et je verrai bien où cela me mène. »

On lui souhaite en tout cas de profiter à fond de cette expérience exceptionnelle et d’en tirer le meilleur. Car, l’important n’est pas de gagner. Ni même de participer d’ailleurs. Mais de découvrir pour apprendre.

Et vous, qu’en pensez-vous ? La participation à une compétition (sportive, d’orthographe, de mathématiques…) peut-elle être une solution efficace pour motiver les élèves précoces sujets à l’ennui scolaire ?

Retrouvez les autres articles de notre dossier consacré à la scolarité des jeunes surdoués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *