Individus HPI

Planète Santé publie un article neutre et documenté sur les individus HPI !

Adultes Scolarité

Nous avons malheureusement trop souvent déploré le sensationnalisme de la presse généraliste dans son traitement des individus HPI pour ne pas signaler les bons articles quand ils paraissent. C’est le cas d’un papier de Planète Santé, un magazine suisse qui, malgré quelques généralités, aborde la question avec beaucoup de sérieux.

Individus HPI
Capture d’écran de l’article de Planète Santé

C’est suffisamment rare pour que nous prenions le temps de le signaler. Un journal plutôt grand public qui aborde le thème du haut potentiel intellectuel (HPI) d’une manière plutôt neutre et dépassionnée. C’est le cas d’un article de Planète Santé publié le 27 janvier 2020. Le magazine suisse titre « l’intelligence à haut potentiel : un défi pour tous ». C’est prometteur.

Et la bonne impression se confirme dès le chapô de l’article. Celui-ci évoque notamment, le « fonctionnement cérébral singulier, mais pas seulement » des surdoués. Une particularité qui conduit les jeunes HPI à involontairement mettre « au défi leurs parents et le système scolaire ». Des recherches en neurosciences, qui s’appuient, sur l’imagerie cérébrale, démontre que l’activité des cerveaux des individus à haut potentiel « est plus intense », assure l’article.

Un argument qu’il appuie par une citation de Fanny Nusbaum, docteure et chercheuse en psychologie et en neurosciences, co-auteure, notamment, de Les philo-cognitifs (Lire sur La Revue du Zèbre). Elle y compare l’activité cérébrale des surdoués à « un moteur ou un processeur plus puissant qui permet davantage de rapidité et de qualité de traitement des stimuli externes ». Ainsi, les individus HPI seraient vifs d’esprit, dotés d’une excellente mémoire et pourraient faire parfois preuve de « fulgurances », poursuit le papier de Planète Santé. On constate ici que, malgré ses bonnes intentions, le magazine aligne quand même quelques généralités. Mais, bon, passons…

L’école révèle ou inhibe les individus HPI

Dans sa volonté de parler du sujet de plus sérieusement possible, le magazine suisse aborde la question de l’école. Elle serait « un lieu révélateur » pour les individus HPI. En général, les enfants intellectuellement précoces (EIP) ont « envie d’aller à l’école, mais ils s’y ennuient fermement », selon Laurence Chapuis, psychologue à Lausanne, citée dans l’article. Se sentant en décalage et frustrés de ne pas assouvir leur « fort besoin de complexité », certains enfants surdoués s’exprimeraient alors par la provocation et l’isolement. Ils s’attirent alors les foudres de leurs camardes et de leurs professeurs. Sans que vraiment personne n’essaie de comprendre leur comportement.

Sur ce sujet, Planète Santé propose un encadré intitulé « Laminaire ou complexe ? » Lequel tente d’expliquer pourquoi certains enfants précoces réussissent brillamment à l’école alors que d’autres échouent. Le profil « complexe » se caractérise par des résultats hétérogènes aux tests de quotient intellectuel (QI). Alors qu’à l’inverse, ceux du profil « laminaire » sont plus constants. Par ailleurs, le cerveau des individus HPI « complexes » présenterait une « suractivité des régions cérébrales régissant les processus émotionnels et perceptifs ». A l’inverse, chez les « laminaires », ce sont les zones du contrôle, de l’inhibition et de la rationalisation qui dominent. Des caractéristiques qui permettent à ses derniers de mieux maîtriser leurs émotions et ainsi d’être plus efficaces dans le processus d’apprentissage.

Intelligence et intensité

Néanmoins – et l’article ne l’oublie pas – les individus HPI, peu importe leur profil, ont globalement tendance à vivre « les émotions et les perceptions avec une grande intensité ». Un fonctionnement sensoriel qui les conduit souvent à être très observateurs et à accorder beaucoup d’importance aux détails. Mais aussi, parfois, à « être submergés par ce qu’ils ressentent ».

Pour autant, « heureusement, la plupart des enfants à haut potentiel vont bien et vivent leur différence comme une chance ». On pourrait même ajouter que c’est aussi le cas de beaucoup d’adultes. Toutefois, cette précision démontre que, dans son article, Planète Santé cherche réellement à poser un regard objectif sur la douance. Et à être le plus complet possible. En témoigne la présence de deux témoignages de mère d’enfants HPI, dans un autre encadré placé sous le papier.

2 thoughts on “Planète Santé publie un article neutre et documenté sur les individus HPI !

  1. Votre article me parle, en cela, je vous en sais gré,. Mais je ne suis plus un môme depuis belle lurette. Je ne suis pas sûr d’être concerné aussi, peut être phantasme-je ?
    Je me suis décidé à consulter un psychologue, pas un psychiatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *