Objectif Eurêka! : « Nous comprenons les jeunes HPI et eux aussi nous comprennent »

Entretiens Scolarité

Depuis maintenant deux ans, Objectif Eurêka! développe des ateliers scientifiques pour les enfants. Ils ont lieu à Issoire dans le Puy-de-Dôme. C’est un couple qui a décidé de les lancer pour répondre, entre autres, à la curiosité de leurs deux filles intellectuellement précoces. Pendant le confinement, Objectif Eurêka! se diversifie avec une chaîne Youtube. Julien Pierrat, co-fondateur, répond à nos questions.

Objectif Eurêka!
Objectif Eurêka! met en place des ateliers scientifiques pour les jeunes de 6 à 11 ans (DR)

La Revue du Zèbre – En quoi consiste Objectif Eurêka! ?

Julien Pierrat : Objectif Eurêka! propose depuis le printemps 2018 des animations sous forme d’ateliers de sciences, de maths et de Nature aux enfants de 6 à 11 ans, en local à Issoire (63). Ils durent 1h30 et coûtent 10 € par enfant.

Nous choisissons pour chaque atelier un sujet important (mais pas forcément abordé à l’école primaire, ni même en début de collège !) de sciences, mathématiques et nature. Nous définissons à chaque fois un programme spécifique, pour un groupe d’environ 5 enfants. Les séances suivent une structure généralement similaire et nous mettons plus ou moins l’accent sur chaque étape suivant le thème. Nous laissons toujours la meilleure part à l’interaction, à la manipulation, à l’expérimentation. Mais aussi à l’engagement actif des enfants.

Nous organisons et structurons de façon logique et naturelle les ateliers suivant différentes étapes plutôt brèves, cohérentes entre elles, où les enfants sont mobiles. En effet, l’oxygénation du cerveau grâce au mouvement du corps favorise l’attention et la mémorisation ! Nous sollicitons ainsi les jeunes activement, verbalement et physiquement. Dès lors, ils sont toujours à leur aise. Le fait de varier les approches permet de s’adresser efficacement aux différents types d’intelligence et de modes préférentiels d’apprentissage.

Un climat détendu et bienveillant chez Objectif Eurêka!

Nous prenons aussi soin d’évoquer l’Histoire des sciences. Ainsi que les biographies de scientifiques, techniciens, industriels, et même de philosophes directement liés. Nous apportons également des exemples d’applications et de métiers actuels.

Depuis le début du confinement, puisque nous ne pouvons plus accueillir d’enfants physiquement, nous avons créé notre chaîne Youtube et nous diffusons chaque semaine une petite vidéo [Confin’ & Sciences] sur des sujets scientifiques. Nous espérons qu’elles enrichiront le savoir scientifique des enfants de façon ludique. Et leur permettront de vivre du mieux possible cette période parfois difficile.

Ce temps de confinement nous permet également de travailler sur une version « en ligne » de nos ateliers. Celle-ci permettra aux enfants de les réaliser chez eux, avec leur parents ou d’autres adultes.

La Revue du Zèbre – Comment l’idée de lancer ce projet vous est-elle venue ?

Julien Pierrat : Nous avons eu l’idée d’Objectif Eurêka! après une journée très enrichissante et intense avec nos filles au « musée » des Sciences Nemo, à Amsterdam en 2018. Nous y avons été littéralement émerveillés de l’appétit vorace et joyeux des enfants pour découvrir les sciences. Surtout à travers des manipulations et des jeux en groupe ! Recherchant des ateliers pédagogiques près de chez nous pour nos filles dans ces domaines, nous nous sommes rendus compte qu’ils n’étaient que trop peu proposés. Aussi, nous avons décidé d’élaborer une offre riche, accessible et récurrente pour promouvoir et aider l’apprentissage heureux des sciences en commençant par des ateliers pratiques en petits groupes.

L’apprentissage heureux !

La Revue du Zèbre – En quoi la notion d’« apprentissage heureux » est-elle importante ?

Julien Pierrat : Il nous semble évident que cette notion d’« apprentissage heureux » est essentielle pour nous tous, à tout âge et à tout niveau de connaissance. Elle l’est d’autant plus pour des enfants à haut potentiel qui, parfois, vivent mal leur scolarité.

Chez Objectif Eurêka!, les enfants profitent d’un climat détendu et bienveillant. Il favorise ainsi la concentration et donc l’apprentissage. Il leur permet également de prendre un vrai plaisir à découvrir, à questionner et à manipuler. Bénéficiant d’un dispositif en petit groupe de 5, nous sommes pleinement à l’écoute de chaque enfant. Aussi, nous adaptons et personnalisons en conséquence le déroulé de l’atelier.

Nous prenons soin d’aborder de façon accessible et plaisante tous les concepts, anticipant très souvent leur apprentissage en classe. Concernant les points étudiés à l’école, les ateliers sont l’occasion privilégiée pour les apprentis scientifiques de les apprendre d’une façon différente. Et surtout de mieux se les approprier, de façon la plus ludique et pratique possible, sans obéir de façon rigide à un programme inflexible.

La Revue du Zèbre – Quel rapport entretenez-vous avec le haut potentiel intellectuel (HPI) ?

Julien Pierrat : Nous avons passé en famille des tests de QI un peu par hasard en 2019. Nous étions alors tombés sur un article à propos d’une personne victime d’un burn-out et qui à l’occasion de sa convalescence s’était fait détecter HPI. Y trouvant des éléments qui nous « parlaient », nous avons commencé à creuser la question. Puis, nous avons décidé de consulter une psychologue spécialisée pour en avoir le cœur net. En effet, nous nous sommes toujours trouvés très « décalés » (euphémisme !) par rapport au fonctionnement et aux priorités de la société. En termes de valeurs morales et de perception de la réalité notamment.

Objectif Eurêka! et les HPI

En fait, nous avions déjà complètement changé de vie (à cause de ce « décalage » d’ailleurs) en déménageant de la région parisienne à partir de postes d’ingénieurs très bien rémunérés et très « dans le système ». Nous sommes venus en 2013 dans le Puy-de-Dôme nous mettre à notre compte. Mais également pour pouvoir faire l’école à la maison à nos filles. Parce que nous savions bien que le système éducatif n’allait pas pas correspondre à nos aspirations de parents et pas davantage à nos filles. C’était une intuition contre laquelle nous ne pouvions pas agir.

Les tests de QI (WAIS-IV, WISC-V et WPPSI-IV pour nos filles ; en juillet et septembre 2019) ont été très enrichissants pour nous. En particulier grâce à l’interaction avec la psychologue. Nous avons eu une partie de réponses à nos questionnements, sur nos perceptions et nos choix, et sur notre ressenti des choses que nous avons vécues.

La Revue du Zèbre – En quoi les contenus d’Objectif Eurêka! est-elle particulièrement adaptée aux enfants intellectuellement précoces ?

Julien Pierrat : Les ateliers d’Objectif Eurêka! sont adaptés aux enfants HPI à double titre. D’une part parce que nous sommes concernés par le sujet, étant nous-mêmes HPI. Et d’autre part parce que nous les avons spécialement créés pour nos filles qui sont elles aussi sont HPI.

Nous pensons qu’ils peuvent être une véritable oxygénation des méninges pour eux. Par ailleurs, nous prenons un soin particulier à nous adapter à chaque enfant pour qu’il comprenne et intègre au mieux le sujet abordé. Notre sentiment est que nous avons été, à l’école et au collège, des enfants comme eux sous bien des aspects. Ainsi, nous les comprenons et ils nous comprennent. Il y a, je pense, une réelle reconnaissance, une connivence, et c’est un réel privilège et un véritable bonheur de pouvoir partager avec eux notre goût et notre savoir des sciences ! Eux aussi nous apprennent également bien des choses sur des sujets que nous croyions bien connaître !

L’instruction en famille, une bonne idée pour les HPI ?

La Revue du Zèbre – Sur votre site Internet, vous expliquez que vous assurez l’école à la maison pour vos filles. Comment cela se passe-t-il ? Quel type de pédagogie développez-vous dans ce cadre ?

Julien Pierrat : Nous pratiquons l’IEF avec nos filles depuis qu’elles ont 3 ans. Nous ne pouvons pas dire que c’est LA solution miracle pour des enfants HPI car cela dépend de beaucoup de paramètres. En revanche, nous pouvons témoigner qu’à nous, ça nous convient parfaitement. Même si cela reste un engagement permanent très exigeant de tout point de vue. Nos journées peuvent facilement commencer à 5h et se terminer à minuit. Ce qui est assez dur, même avec une petite sieste !

Les nombreuses activités artistiques et culturelles qu’elles peuvent faire à l’extérieur avec tous types d’enfants de leurs âges leur procurent une grande stabilité et une ouverture au monde et aux autres. Le tout en évitant les écueils de la stigmatisation des enfants à haut potentiel dans les salles de classe et les cours de récré. Elles ne sautent pas de classe. Elles suivent les programmes officiels de l’Education nationale intégralement, mais plus vite. Puis, surtout, elles fréquentent des enfants de leur âge, autour de passions communes, ainsi que des adultes tout aussi passionnés et dont elles acceptent avec plaisir l’ascendant et l’autorité car ils leur transmettent leur passion et leur expérience.

C’est loin d’être une sinécure et cela demande énormément d’organisation, d’énergie, d’endurance et d’AMOUR. Mais quel plaisir de voir ses enfants apprendre et évoluer à leur rythme et d’y participer pleinement ! Le fait d’être nous-mêmes HPI nous permet à chaque instant de les comprendre, de nous mettre à leur niveau et d’adapter l’instruction au fonctionnement cognitif de chacune. Et puis nous y trouvons notre compte à titre strictement personnel car nous continuons d’apprendre aussi avec elles et pour elles sur de nombreux sujets!

Différentes méthodes pour l’IEF

Depuis le début, nous ne nous sommes pas figés sur une méthode en particulier. Nous utilisons ce qui nous semble le plus adapté sur le moment pour que nos filles intègrent au mieux les notions abordées. Et puis en bons HPI, nous aimons changer et faire les choses « à notre sauce »…

Parmi les « méthodes » les plus importantes que nous utilisons, nous pouvons citer :

– Les piliers des neurosciences (sciences cognitives appliquées à l’éducation),
– Les principes de l’éducation positive, s’appuyant notamment sur les études des neurosciences affectives,
– La pédagogie Montessori,
– Les techniques de mémorisation (mémorisation active),
– La pédagogie explicite,
– Les compétences transversales,
– Les intelligences multiples,
– La communication non violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *