Mon enfant, cet étranger

Mon enfant, cet étranger : le témoignage d’une mère tyrannisée par son fils HPI

Brèves

Mon enfant, cet étranger est un film documentaire sur des parents désemparés face au comportement tyrannique de leurs enfants. Parmi elle, Catherine raconte sa relation tumultueuse avec Antoine, son fils intellectuellement précoce de 17 ans.

Mon enfant, cet étranger
Catherine est la mère d’Antoine, un adolescent HPI. Elle témoigne dans le documentaire Mon enfant, cet étranger (Capture d’écran)

Dans le cadre de sa série documentaire « L’Heure D », France 3 diffusait lundi 8 juillet 2019, à 23h35, Mon enfant, cet étranger. Ce film, de 52 minutes, réalisé par Stéphanie Magnant et Philippe Lainé propose de suivre des parents qui sont confrontés « au comportement tyrannique » de leur enfant, explique le synopsis.

Tous participent à un groupe de parole mis en place au sein du centre hospitalier universitaire de Montpellier, dans l’Hérault (34). « Ils livrent des récits qui bouleversent les représentations habituelles de la parentalité, de l’éducation et de la transmission, où les parents sont devenus les sujets d’un enfant-roi », poursuit le synopsis.

Le mal-être du jeune surdoué

Parmi eux, Catherine, professeure des écoles, est la mère d’Antoine, un adolescent intellectuellement précoce. Dans un entretien accordé à Telestar.fr, elle décrit sa relation avec son fils. Pour ce dernier, les difficultés ont débuté très tôt. Bébé, il pleurait beaucoup et dormait peu. A la crèche, il était solitaire et se blessait souvent. Ensuite, à la maternelle, il se montrait « très agressif », raconte sa mère.

Face à la situation, Catherine décide de faire passer un bilan à Antoine. Elle apprend ainsi son haut potentiel intellectuel (HPI). Mais aussi, dit-elle, son « quotient émotionnel tout juste dans la moyenne ». Un écart qui, d’après Catherine, « cause son mal-être ».

Antoine se sent mal dans sa peau. Il insulte sa mère et casse régulièrement des objets chez lui. Désemparée face à la violence de son fils, Catherine culpabilise. Elle se dit qu’elle n’est « pas capable d’élever cet enfant ni de le protéger ». Pourtant, elle finit par comprendre que les problèmes de son fils ne résultent pas uniquement de son éducation. « Antoine est doué pour tout un tas de choses qu’il a fini par abandonner car la société lui renvoie sans arrêt qu’il n’est pas comme il faut », déplore-t-elle.

Mon enfant, cet étranger en replay jusqu’au 8 août

Alors, le jeune homme décroche à l’école. Adolescent, son estime de lui plonge. Antoine se met à boire. Il prend de la drogue également. Et développe aussi une addiction aux jeux d’argent. Peu à peu, il s’isole. Sa mère aussi. « Il y a ceux qui ne veulent plus nous voir pour ne plus être confrontés à Antoine, et ceux qu’on ne fréquente plus à cause de leurs jugements ineptes », regrette cette dernière.

Elle constate, par ailleurs, que les interventions de médecins n’ont aucun effet sur les problèmes de son fils. En revanche, elle assure que les médicaments étaient efficaces. Mais un jour Antoine a refusé de continuer à les prendre.

Aujourd’hui, le jeune homme vit avec son père, à Mayotte. C’est sa mère, elle-même, qui a demandé à la justice que son droit de résidence soit transféré. « Avec moi, il était en danger », explique-t-elle. Elle n’a, pour l’heure, plus de contact avec son fils. Il refuse de répondre à ses appels téléphoniques.

Mon enfant cet étranger est disponible en replay sur le site Internet de France Télévisions. Il est possible de le visionner jusqu’au 8 août 2019. Pour rappel, la plateforme diffuse aussi Dans la tête d’un zèbre, un autre film documentaire de la série « L’heure D » de France 3 (Lire notre article). Celui-ci propose des portraits d’individus HPI aux parcours douloureux.

1 thought on “Mon enfant, cet étranger : le témoignage d’une mère tyrannisée par son fils HPI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *