Marne : le service d’éducation pour les jeunes surdoués devrait ouvrir début 2020

Brèves Scolarité

Dans les colonnes de L’Union, Patrick Munier, président de l’ADPEP51, fait le point sur son projet de centre de ressources et d’accompagnement pour les jeunes surdoués. Il devrait entrer en service à partir de janvier 2020.

Le Service d’éducation spécialisée et de soins à domicile devrait être opérationnel en janvier 2020 (Photo : Matthew Henry from Burst)

Le projet de l’ADPEP51 (Lire sur La Revue du Zèbre) d’ouvrir une structure dédiée aux jeunes surdoués à Eperney, dans la Marne (51), est en bonne voie. Selon un article de L’Union, le Service d’éducation spécialisée et de soins à domicile (Sessad) devrait voir le jour d’ici septembre 2019 et ouvrir en janvier 2020.

Dans les colonnes du quotidien régional, Patrick Munier, président de l’ADPEP51, explique que le service devrait fonctionner « sur le même principe que ceux qui existent pour les enfants déficients intellectuels ». Il s’agira ainsi d’un centre de ressources et d’accompagnement. Pour rappel, selon les statistiques, les proportions d’enfants avec un quotient intellectuel (QI) au-dessus de 130 et de jeunes souffrant d’une déficience mental seraient identiques (2,5 %).

Pourtant, si la Marne compte déjà plusieurs structures de prise en charge des enfants avec un retard intellectuel, aucune n’existe pour les jeunes surdoués. C’est le constat fait par plusieurs psychologues spécialisés et parents de zèbres. Averti, Patrick Munier a alors décidé de mettre en ligne un questionnaire pour identifier le public concerné dans le département et évaluer leurs besoins.

Une « respiration » pour les jeunes surdoués

A la suite de cette démarche, il s’est rapproché de l’association Happy Potentiel Reims. Depuis mars 2019, elle rassemble des parents d’enfants à haut potentiel intellectuel (HPI). Ensemble, les deux organismes ont pu avancer sur le projet et demander la création d’une quarantaine de places d’accueil pour des jeunes surdoués à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).

Le président de l’ADPEP51 considère que les enfants précoces « souffrent d’être différents ». Ainsi, il espère que le Sessad sera « une respiration » pour eux. En guise de test, il a mis en place un centre aéré pour quelques jeunes zèbres au cours de l’été 2018. Une première expérience concluante visiblement et qui l’encourage désormais à aller plus loin.

Le but du Sessad ne sera pas de se substituer à l’école, mais plutôt d’aider les enfants HPI à s’y intégrer. En effet, certains souffrent d’une « incapacité à s’adapter au système scolaire qui de son côté ne s’adapte pas à eux, estime Patrick Munier dans L’Union. Le Sessad leur apprendra à s’y adapter pour en faire des citoyens intégrés. »

1 thought on “Marne : le service d’éducation pour les jeunes surdoués devrait ouvrir début 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *