syndrome de cassandre

Le syndrome de Cassandre toucherait-il principalement les HPI ?

Adultes Brèves

Le syndrome de Cassandre toucherait beaucoup de HPI, selon une psychologue citée par Cosmopolitan. Mais de quoi s’agit-il au juste ?

Syndrome de Cassandre
Peinture de Cassandre par Evelyn De Morgan (DR : Wikipedia)

C’est un article de Cosmopolitan que nous relayons aujourd’hui. Publié le 26 novembre dernier, il se consacre au syndrome de Cassandre. « Peu connu voire totalement méconnu du grand public », il « touche plus de personnes que ce qu’on croit », précise le magazine. Mais de quoi s’agit-il au juste ?

Pour répondre à la question, il convient de rappeler qui est Cassandre. Dans la mythologie grecque, celle-ci aurait reçu, de la part d’Apollon, le don de prophétie. Mais, en fin de compte, le dieu aurait souhaité revenir sur sa décision et retirer ce don à Cassandre. En vain. Alors, Apollon, décida de lui lancer une malédiction. A cause de celle-ci, Cassandre ne serait jamais crue.

Dès lors, le syndrome de Cassandre correspond au fait de délivrer des conseils de bon sens et avisés sans jamais être pris au sérieux. Il convient, à ce stade, de préciser que ce syndrome, n’est « pas tout à fait théorisé dans le cadre de la psychologie », comme l’explique Fanny Bauer-Motti, psychologue clinicienne citée par Cosmopolitan.

Les HPI ne sont pas pris au sérieux

La spécialiste poursuit néanmoins en affirmant que les surdoués et les individus « dotés d’une intelligence émotionnelle » sont les deux profils les plus touchés par le syndrome de Cassandre. Ainsi, selon la psychologue, les hauts potentiels intellectuels (HPI) « ont un côté visionnaire prouvé par plusieurs théories scientifiques. Lorsqu’elles prennent la parole pour exprimer leurs visions, ces personnes à l’instinct plus développé, ne sont pas prises au sérieux. »

L’article prévient également qu’il reste important de distinguer le syndrome de Cassandre de l’anxiété. Ainsi, certaines personnes auraient tendance à « prendre leurs visions négatives pour des vérités, alors qu’elles ne sont en réalité que le fruit d’une névrose ou d’une anxiété », écrit le magazine.

Le syndrome de Cassandre peut mener à l’inhibition

Celui rappelle également que l’expression « faire sa Cassandre » renvoie à l’image négative de l’oiseau de mauvaise augure. Le syndrome de Cassandre met ainsi « le doigt sur le fait que notre société occidentale a tendance à rejeter tout ce qui n’est pas considéré comme rationnel », analyse l’article. « Le cerveau fait un tri entre les éléments qu’il veut garder et ceux qu’il rejette, explicite Fanny Bauer-Motti. Il peut même se concentrer sur des contre-éléments qui lui permettent de réfuter la thèse qui lui est exposée. »

Dès lors, les personnes « atteintes » du syndrome de Cassandre souffrent de ce discrédit. Il « pourrait même mener à une inhibition de leurs capacités », prévient la psychologue. Cette dernière conseille aux individus concernés d’apprendre à accepter leur don. Elle recommande aussi aux proches des « Cassandres » de les prendre au sérieux.

Si, parmi nos lecteurs, certains pensent présenter des symptômes relatifs au syndrome de Cassandre, nous les invitons à partager leurs expériences et leur ressenti dans les commentaires ci-dessous.

12 thoughts on “Le syndrome de Cassandre toucherait-il principalement les HPI ?

  1. Je me reconnais totalement. C’est comme ça depuis que je suis petite. Ce qui me paraît évident est rejeté par les autres, pourtant, en général se produit. Je vis entre un mélange de certitude et de doute constant.

  2. Détectée hp je me retrouve totalement dans cet article … ce qui a le don de m exaspérer … c est lorsqu un petit malin reprend mon idée quelque temps après qu on l ai rejetée, lorsque que je l ai proposée … et qu on la trouve excellente …

    1. helo! ça c’est de la science, en psycho social, une idée quand elle est trop neuve est rejetée, c’est toujours des « ptits malins » comme tu dis qui se rendent copte qu’elle est bonne, se l’approprie et comme l’opinion a eu le temps de s’y habituer…bingo! il parait que pasteur serait un de ces ptits malins là par exemple….

  3. J’ai le syndrome de Cassandre depuis « toujours » tout ce qui se passe aujourd’hui (les gilets jaunes, la face du monde qui est entrain de changer, autoritarisme et la dictature qui s’installe peu a peu, la guerre civile, etc etc) je l’ai « vu » et écris il y a des années…
    Mes proches me prenait pour un fou, un schizophrène, j’ai même été hospitalisé a leur demande, aujourd’hui leur discours a un peu changer puisque tout ce dont j’avais parlé et analysé est entrain d’arriver…
    Je suis également HPI en attente d’expertise pour Asperger, nos capacités cérébrales nous permettent de projetter nos visions sur un futur plus ou moins lointain mais on ne se trompe pas, si j’avais un conseil à vous donner ce serai de toutes et tous vous préparer déjà psychologiquement mais aussi en pratique a un a un changement radical de nos modes de vie.
    Il y aura uniquement l’entraide, l’altruisme, la solidarité, le respect qui sauveront l’humanité.
    Paix et amour a toustes.

  4. Non détecté, mais présenté comme Asperger aux yeux de plusieurs personnes…
    Que d’histoires qui ont forgé ma vie…

    Que ça soit lors d’un entretien d’embauche en sortie d’école d’ingénieur, face à des experts de 10 et 20 ans d’expériences, j’ai voulu pour me « vendre » expliquer comment je me suis débrouillé, seul, durant mon dernier stage. Suite à une discussion à voix basse de plus de 40 secondes entre eux, ils m’ont simplement dit avoir déjà été confronté à un de ces problèmes, puis m’ont annoncé par téléphone que je n’étais pas fait pour ce métier. À chaque fois que je raconte l’histoire dans les détails on me répond tout simplement que j’ai involontairement « insulté » ces experts car je leur ai expliqué dans les détails les raisons d’un problème qu’ils n’ont jamais dû savoir résoudre… Et moi, même pas sorti de l’école, je le leur aurais annoncé si simplement.

    Mais au boulot j’ai aussi le droit à ce genre de reconnaissance, à ne jamais être écouté, car je parle de conséquences qui pourraient arriver dans deux ans, très court terme à mes yeux, quand leur projection à long terme pour eux a déjà du mal à atteindre les 6 mois… Soit je me taisais et cela n’arrangeait rien à mon avenir professionnel, soit j’osais rappeler à mon chef que je l’avais prévenu, et cela n’arrangeait rien… non plus. J’avais juste le droit à « Mais j’en ai marre de tes ‘Je te l’avais dit’ ! »

    …oui, si vous en avez mare alors il y a une solution : écoutez-nous désormais !

    Pas la peine de raconter toute ma vie où même lorsqu’on tend des preuves à bout de bras nous ne sommes toujours pas écouté… Car qui de nos jours savent encore lire des tableaux de données, interpréter des expériences, lorsque ces données ne sont pas issues d’expériences conventionnelles ou de méthodes conventionnelles ?

  5. Non détecté, mais présenté comme Asperger aux yeux de plusieurs personnes…
    Que d’histoires qui ont forgé ma vie…
    |
    Que ça soit lors d’un entretien d’embauche en sortie d’école d’ingénieur, face à des experts de 10 et 20 ans d’expériences, j’ai voulu pour me « vendre » expliquer comment je me suis débrouillé, seul, durant mon dernier stage. Suite à une discussion à voix basse de plus de 40 secondes entre eux, ils m’ont simplement dit avoir déjà été confronté à un de ces problèmes, puis m’ont annoncé par téléphone que je n’étais pas fait pour ce métier. À chaque fois que je raconte l’histoire dans les détails on me répond tout simplement que j’ai involontairement « insulté » ces experts car je leur ai expliqué dans les détails les raisons d’un problème qu’ils n’ont jamais dû savoir résoudre… Et moi, même pas sorti de l’école, je le leur aurais annoncé si simplement.
    |
    Mais au boulot j’ai aussi le droit à ce genre de reconnaissance, à ne jamais être écouté, car je parle de conséquences qui pourraient arriver dans deux ans, très court terme à mes yeux, quand leur projection à long terme pour eux a déjà du mal à atteindre les 6 mois… Soit je me taisais et cela n’arrangeait rien à mon avenir professionnel, soit j’osais rappeler à mon chef que je l’avais prévenu, et cela n’arrangeait rien… non plus. J’avais juste le droit à « Mais j’en ai marre de tes ‘Je te l’avais dit’ ! »
    |
    …oui, si vous en avez mare alors il y a une solution : écoutez-nous désormais !
    |
    Pas la peine de raconter toute ma vie où même lorsqu’on tend des preuves à bout de bras nous ne sommes toujours pas écouté… Car qui de nos jours savent encore lire des tableaux de données, interpréter des expériences, lorsque ces données ne sont pas issues d’expériences conventionnelles ou de méthodes conventionnelles ?

  6. « accepter son ou ses dons » n’est pas si simple au regard de la société occidentale. on nous parle de karma de dharmas… et j’en passe. Effectuer un travail sur soi me parait plus adapté, notamment pour gérer les conséquences de ces dons.
    Trouver un professionnel adéquat, semble du parcours du combattant, et on développe un « faux self » ou on tombe sure des thérapeutes et thérapies déviant(e)s. Alors de mon côté, j’ai fait « avec », les conséquences ont été assez catastrophiques pour moi mais profitables à tous les autres!!! Savoir et apprendre à s’écouter et se taire… sans se terrer.

  7. Désolé mais pourquoi les prévenir, ils n’écoutent pas et quand ça se passe, passent leurs temps à dénigrer et à dire que, soit c’est ta faute, soit, c’est le hasard… J’ai fini de prévenir, maintenant, je les regarde se planter. Moi, ça m’a sauvé la vie plein de foi. Je suis toujours sorti des problèmes justes avant que ça ne deviennent grave. J’ai été dans un pays étranger il y a pas mal d’année, et tout c’est bien passé, parce que, quand j’entendais ma petite sonnette d’alarme teintée, je faisais demi tout !
    Aujourd’hui, je garde mes visions pour moi, et tant pis si ça doit vraiment arrivé, c’est ainsi, c’est le destin…

  8. Le problème est principalement que notre façon de communiquer est « émotionnelle » les autres le ressentent et rejetteront tous nos conseils/avis du fait qu’un esprit scientifique est forcément plus rationnel, plus crédible qu’un esprit sensible qui est forcément fragile en tout point de vu.

    1. Je vous rejoins complètement sur cette piste là, Tribon.
      Merci pour ces mots qui m éclairent. Avez-vous des pistes sur comment communiquer ?

  9. Oui je parle avec mes emotions et c est souvent pas simple avec les autres qui m epuisent sans le savoir…

  10. Intéressant ces 2 articles.
    Cassandre c’est aussi lié au sixième sens.
    Il y en a qui l’ont mais qui ne le savent pas. Ceux qui écrivent de la science fiction ou les inventeurs (serendipité). Mais pas tous. Il faut faire le tri et des recoupements.
    Personnellement je sais certaines choses mais je n’arrive pas à convaincre. J’ai eu du mal à me convaincre moi même alors c’est pas en 5 minutes que je peux le faire.
    Vos propres « amis » se déconnectent de vous si vous leur faites miroiter une vision qui diffère de la norme. Ce sont peut-être même ceux qui sont les moins aptes à vous croire. En tous cas ceux à qui il ne faut pas en parler car vous perdriez 95% d’entre eux. Et c’est très dur de vivre sans amis…
    Je suppose que je suis atteint d’autisme également. (Mes médecins ne me proposent pas de faire de diagnostique)
    Je dirais même de personnalité schizoïde. On est obligés de faire nos propres diagnostics.
    Évidemment quand on ne vous croit pas ou quand on rejette votre différence cela ne donne pas envie de faire dans le social. Vous perdez très tôt la foi en l’humain.
    On vous accuse (on vous dénigre) de chercher uniquement les éléments pour étayer votre idée mais ceux qui ne vous croient pas font exactement la même chose. Ils se protègent de vous et de vos idées quoiqu’il en coûte. Ils cherchent les éléments pour vous briser. Eux ils croient vous ramener à la raison. Leur raison. C’est un mécanisme de survie.

    Il y a des vases communicants avec le complotisme ou les fake news même si on accuse personne de quoique ce soit. Ce sont des concepts proches.
    On apprend de plus en plus aux gens à ne plus faire confiance à ces gens là et donc à ceux aussi qui détiennent des vérités de type Cassandre/6e sens ou des idées originales provenant de HPI.
    Il faut sans cesse apporter des preuves de ce qu’on dit quand souvent il y en a pas. Ni dans un sens ni dans l’autre.

    On n’en revient toujours au même problème. Les gens rejettent ceux qui sont différents.

    Vous êtes obligé de mentir ou en tous cas de ne pas tout dire, arrondir les angles, parce que là vraiment plus personne ne vous croit. Finalement ce qui marche le mieux quand vous avez Cassandre c’est d’écrire ce que vous savez à travers de la science fiction. Comme cela vous gardez de la distance entre vous et eux. Et ils peuvent écouter l’histoire. Après c’est à eux de piger l’allégorie. Et si ils y crient au scandale vous pouvez leur indiquer qu’après tout ce n’est que de la science fiction. (Idée de « The man from Earth »)

    Cassandre implique aussi une étape où ce que vous avez affirmé devient finalement réalité. Mais pas toujours. Quand vous dites que la fin du monde approche. Cette connaissance et vos actions sont supposés l’éviter. Donc en finalité celui qui a une precognition et qui en fait bon usage aura toujours tord aux yeux de certains.
    Mais dans le cas où ce que vous affirmé devient réel ou prouvé,
    vos anciens « amis » ou ceux qui se fichait de vous reviennent vers vous. Comment êtes vous censé réagir?
    Là maintenant tout le monde veut être votre ami. Peut-être même post mortem. Alors qu’on en avait besoin avant.
    Être cru quand tout le monde vous croit n’est pas la même chose que être cru quand personne ne vous croit.

    Steve Jobs: « Souvent des gens croient qu’ils sont fous. Mais nous (chez Apple) dans leur folie on sait voir leur génie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *