Pensée en arborescence

La pensée en arborescence est un mythe et une déformation de la pensée divergente

Chroniques

La pensée en arborescence… Vous avez tous forcément entendu ce terme si vous vous êtes un tant soit peu intéressé au sujet de la douance. Mais qu’est ce que c’est ? Et existe t’elle vraiment ? Voilà les questions auxquelles Camille Gastaud (MyDearDiary.fr) vous propose de répondre dans cette chronique !

Pensée en arborescence
La fameuse « pensée en arborescence » n’a aucune existence scientifique (Photo by Hal Gatewood on Unsplash)

Beaucoup de psychologues ayant initié le mouvement sur le haut potentiel ont parlé de pensée en arborescence. Oui, le zèbre penserait d’une manière totalement différente du reste de la population. Alors la pensée en arborescence est née : une idée en amènerait plusieurs, qui elles-même en amènerait d’autres et ainsi de suite en formant une sorte d’arbre de la pensée.

Seulement, si toute une horde de psychologues cliniciens utilisent ce terme, il n’en est absolument rien dans le langage des neurosciences ! En effet, la pensée en arborescence est un mythe absolu ou du moins une déformation d’un autre type de pensée qu’on appelle, la pensée divergente.

Pensée en arborescente contre pensée divergente

Car en réalité il existe seulement deux types de pensées : convergente et divergente. La pensée convergente suit un ordre logique et linéaire pour trouver une solution à un problème. La pensée divergente, elle, met en avant les association d’idées. Elle permet de trouver plusieurs solutions (qui n’ont parfois rien à avoir et peuvent être hors sujet) à un problème. C’est un peu le Graal de la créativité.

Les personnes très créatives vont ainsi énormément utiliser ce mode de pensée. Pour autant, nul besoin d’avoir un QI supérieur à 130 pour s’en servir.

La réalité est donc là : NON les surdoués ne pensent pas différemment du reste de la population. Ils utilisent les mêmes mécanises de pensée que tout un chacun.

Pour autant, ils seraient susceptible d’avoir effectivement une pensée divergente plus active et seraient des penseurs beaucoup plus compulsif, même au repos, que ces camarades. Il faut donc se faire une raison : adieu pensée en arborescence et bonjour pensée divergente !

Camille Gastaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *