Olivier Müller

Interview – Olivier Müller, nouveau Responsable des Relations publiques internationales de Mensa

Entretiens Interviews

Olivier Müller est devenu, début novembre, Responsable des Relations publiques internationales de Mensa. Il nous présente ses missions dans cette fonction et fait le point sur l’actualité du haut potentiel intellectuel.

Olivier Müller
Olivier Müller est le nouveau Responsable des Relations Publiques Internationales de Mensa (Photo DR)

La Revue du Zèbre – Vous venez d’être nommé Responsable des Relations Publiques Internationales de Mensa. Quelles seront vos missions à ce poste ?

Olivier Müller : Ce sont des missions tout à fait standard pour ce type de poste. Il s’agit de travailler sur la notoriété et l’image de marque de Mensa. La notoriété, c’est le niveau de reconnaissance internationale de l’association. L’image de marque, c’est son appréciation, positive ou négative.

Dans le premier cas, force est de constater que nous avons une certaine marge de progression. Si l’on considère les fameux 2 % de la population qui seraient attestés comme ayant un quotient intellectuel supérieur à 130, la majorité n’a jamais ou très peu entendu parler de Mensa.

Bien sûr, cela reste à prendre avec des précautions car il existe beaucoup de pays où Mensa est très peu présente. Ou pas encore totalement structurée. Nous y travaillons très activement. Par exemple, des pays comme l’Inde, le Pérou, le Mexique, la Bosnie-Herzégovine, sont en train de nous rejoindre. Actuellement, nous sommes déjà 150  000 membres, et ce n’est qu’un début. L’année prochaine, en 2021, nous fêterons nos 75 ans. Ce sera alors une année formidable avec beaucoup d’événements prévus !

L’image de marque, elle, est véritablement très positive. Il faut garder à l’esprit que l’association tient exclusivement avec des bénévoles. Hormis une poignées de personnes qui s’y consacrent à 100%, sans aucune autre activité à côté. C’est une structure très importante, animée uniquement par la volonté de travailler dans un esprit d’ouverture, de transparence, d’intégrité, pour une meilleure reconnaissance de l’intelligence dans le monde. Peu de personnes sont en contradiction avec ces idéaux fondamentalement humanistes, fort heureusement !

Un sujet à la mode

La Revue du Zèbre – Quel a été votre parcours jusqu’à cette nomination ?

Olivier Müller : Je suis journaliste de profession. J’ai également prêté ma plume à de grandes organisations mondiales, privées comme publiques. L’engagement est une donnée essentielle de mon parcours. Il a d’abord été local, puis national, et Mensa m’a offert cette opportunité internationale fin octobre 2019.

Travailler au quotidien dans un environnement 100% haut potentiel est unique. Imaginez simplement les projets que vous montez en entreprise, les idées que vous défendez, les objectifs que vous poursuivez. C’est exactement la même chose à Mensa international. Sauf que tout le monde va dans le même sens, que la puissance de traitement est sans limite et la rapidité d’exécution est colossale. En somme, c’est comme si une Formule 1 devenait votre mode de transport au quotidien.

La Revue du Zèbre – Quel est le rôle exact de Mensa dans un contexte où, comme vous le dites vous-mêmes « le sujet du haut potentiel est maintenant très à la mode » ?

Olivier Müller : Excellente question. Dans la mesure où l’adhésion à Mensa ne se fait que sur le fondement d’un test WAIS certifié à plus de 130, ou par le biais d’un test interne Mensa, la totalité de nos membres sont véritablement certifiés haut potentiel. Nous estimons donc avoir une certaine légitimité pour aborder le sujet !

Vous avez pu constater qu’il y a parfois des prises de parole plus ou moins ésotériques sur le sujet. Il nous semble donc important d’offrir une part de voix authentique. Notre démarche est véritablement celle d’apporter une expertise, d’exposer nos projets dans le monde. Nous avons des programmes d’éducation, des fondations, des lieux d’échanges, d’innombrables rassemblements. Mensa est la plus importante association mondiale de hauts potentiels. Et nous avons vocation à enrichir les débats, constituer des réseaux internationaux et contribuer à faire progresser l’intelligence.

Elitiste, Mensa ?

La Revue du Zèbre – De l’extérieur, certains considèrent Mensa comme une organisation très élitiste. Cette vision correspond-elle à la réalité ?

Olivier Müller : Tout ce qui est soumis à un test d’entrée est élitiste par nature. Vous voulez intégrer Sciences Po, Polytechnique, HEC ? Vous serez l’élite. Si vous dirigez une grande entreprise, vous êtes un haut fonctionnaire, pareil. Je ne pense pas que ce soit le bon critère d’appréciation. Au contraire, nous suivons une volonté d’ouverture maximale, de transparence. Nous travaillons d’arrache-pied pour rassembler le maximum de personnes à haut potentiel à travers le monde. En fonction de leurs affinités, de leurs centres d’intérêt. C’est la réalité Mensa, à travers le monde, incarnée par 150 000 personnes. Et nous en sommes très heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *