instruction à domicile

Instruction à domicile : une interdiction qui complique la tâche des familles HPI

Brèves Scolarité

La quasi-interdiction de l’instruction à domicile décrétée par Emmanuel Macron inquiète certains parents d’enfants HPI. En effet, faute de pouvoir financer une scolarité en établissement privé, certains n’ont actuellement pas d’autre choix.

instruction à domicile
Le Président restreint l’instruction à domicile (Photo by Brodie Vissers from Burst)

A partir de la rentrée 2021, l’instruction à domicile aura presque disparu en France. C’est le Président de la République, Emmanuel Macron qui l’a décidé et l’a annoncé vendredi 2 octobre 2020. Les enfants apprendront désormais tous à l’école. Peu importe qu’elle soit publique, privée, sous contrat ou hors contrat avec l’Etat.

Une précision qui entre en partie en contradiction de Bernard Toulemonde, ancien haut fonctionnaire cité par Le Parisien. Selon lui, le choix du Président de la République de limiter l’instruction à domicile représente « une façon de dire que l’éducation est l’affaire de l’a République avant d’être celle de la famille ». Même dans une école privée hors contrat alors ?

50 000 familles en instruction à domicile en France

Toujours est-il que 50 000 familles sont concernées par la mesure, selon des statistiques de l’Education nationale pour la rentrée 2020. Même si Le Parisien parle de « goutte d’eau », ce total a progressé de 30 % au cours des trois dernières années. Une croissance qui a même accéléré depuis le confinement de mars, avril et mai 2020, en France.

Mais qui sont les familles qui pratiquent l’instruction à domicile ? Les profils sont variés. « On y trouve – et c’est la cible du gouvernement – des tendances sectaires ou extrémistes religieuses, mais aussi des familles adeptes des apprentissages « informels », de l’autosuffisance, des parents d’enfants harcelés, phobiques scolaires… », précise le quotidien national.

« Je suis pour si l’école s’adapte à tous les enfants »

Parmi les adeptes de l’instruction à domicile, on trouve également des familles de jeunes à haut potentiel intellectuel (HPI). C’est le cas d’Isabelle Combe qui a fondé un réseau d’écoles spécialisées pour les enfants intellectuellement précoces (EIP). « Obliger tous les enfants à aller à l’école, je suis pour si l’école s’adapte à tous les enfants. Ce n’est pas le cas aujourd’hui et tout le monde n’a pas les moyens de se payer une scolarité dans le hors contrat », regrette-t-elle dans les colonnes du Parisien. Parmi les élèves qui fréquentent ses établissements, beaucoup ont suivi une partie de leur scolarité en instruction à domicile.

Le Président de la République a toutefois prévu quelques exceptions. Ainsi, les enfants atteints de longue maladie, handicapés, qui vivent dans des familles en itinérance et les sportifs de haut niveau resteront exemptés d’instruction à l’école. Certains collectifs qui défendent des apprentissages alternatifs ont annoncé leur intention d’intenter un recours en justice contre la décision.

Retrouvez notre dossier sur la scolarité des élèves surdoués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *