ikigai

Ikigai : le concept japonais qui aiderait les entreprises à conserver leurs talents HPI

Adultes Travail

L’ikigai est un concept japonais auquel s’intéressent désormais de grandes entreprises occidentales pour le management de leurs talents à haut potentiel. Il signifie « trouver un sens à sa vie » et permet d’associer la vocation à la passion, la mission et la profession.

ikigai
Photo by Sora Sagano on Unsplash

Dans un article du 14 octobre 2019, The Conversation parle de l’ikigai. Le journal en ligne collaboratif, dont les auteurs sont enseignants-chercheurs, aborde le sujet sous l’angle de son utilité pour les entreprises qui cherchent à conserver leurs « talents ». Un terme que l’auteur de l’article, Philippe Mouillot, maître de conférences en Sciences de Gestion, associe aux personnes « capables d’agilité intellectuelle, autrement dit aptes à mobiliser des compétences et des techniques créatives, improbables et rarement, voire jamais associées, le tout pour aboutir à des solutions innovantes. »

Ok, mais quel rapport avec le haut potentiel intellectuel (HPI), nous direz-vous ? Eh bien, figurez-vous que les surdoués représentent une part importante de ces « talents » pour le monde de l’entreprise. Même si, jusqu’à présent, ils sont généralement vus comme des énergumènes difficiles à gérer. Enfin à manager, si on utilise le vocabulaire professionnel.

Les surdoués au cœur de la politique RH des grandes entreprises ?

Pourtant, selon l’article, « le segment que les HQI (hauts quotients intellectuels, Ndlr) représentent dans la population a un bel avenir devant lui. » En effet, des chercheurs en sciences de gestion ainsi que de grandes firmes du CAC 40 les placeraient désormais au cœur de leur politique de ressources humaines (RH). Encore faut-il savoir comment s’y prendre…

Sur ce point, le concept japonais de l’ikigai pourrait représenter une solution efficace, d’après l’auteur de l’article. Ce terme est notamment défini dans un article de 2003 d’Akihiro Hasegawa, un professeur japonais de psychologie. Il signifie : trouver un sens (« gai ») à sa vie (« iki »). Et dans un contexte où de plus en plus de jeunes actifs subissent les effets du « brown out », la prise de conscience de l’absurdité d’un métier, l’idée semble intéressante à développer.

C’est quoi l’ikigai ?

L’ikigai est un concept très ancien. Il est en effet apparu dès le XIIe siècle dans la littérature médiévale japonaise. Il désignait alors un art de vivre. Dans les années 1970, son sens a évolué pour se rapprocher de celui pris en compte par l’article de The Conversation. Il correspond désormais à la rencontre entre la passion, la vocation, la mission et la profession.

ikigai
DR : The Conversation

Dès lors, de nombreux directeurs des ressources humaines (DRH) reprennent ce concept à leur compte. Ils y voient « les composantes d’un équilibre susceptible d’apporter une réponse à ces syndromes de burn-out (saturation), de bore out (ennui) ou encore de brown out », explique l’article. Les professionnels de la RH y voient un moyen efficace de permettre à leurs « talents », dont une bonne part de HPI, d’associer qu’ils aiment faire avec ce pour quoi ils sont doués, ce pour quoi ils sont payés en répondant à un besoin pour le monde.

La combinaison de ces facteurs de l’ikigai permettrait de créer des conditions de travail propices à la conservation des hauts potentiels. Avec, en prime, un deuxième effet au niveau de leurs politiques de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Retrouvez nos articles sur les surdoués au travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *