En Suisse, les hautes écoles tentent de séduire les jeunes élèves

Brèves Scolarité

Le programme PLUS est une initiative commune de plusieurs hautes écoles de Suisse. Dans ce cadre, elles proposent des activités aux écoliers de 8 à 15 ans pour les stimuler et susciter leur intérêt. L’objectif est de les conduire à se tourner vers leurs enseignements pour la suite de leur scolarité.

Programme PLUS des hautes écoles de Suisse
Les jeunes écoliers suisses peuvent découvrir des disciplines scientifiques ou culturelles dans le cadre du programme PLUS (Photo : EPFL)

En Suisse, les grandes écoles cherchent à susciter l’intérêt des jeunes pour les études qu’elles proposent. En effet, l’École polytechnique fédérale de Lausanne, l’UNIL et la Haute Ecole d’ingénierie et de gestion s’associent pour proposer des activités extrascolaires scientifiques et culturelles, rapporte 24heures.ch.

Elles prennent la forme d’ateliers gratuits pour les élèves de 8 à 15 ans. Ils s’adressent à tous. Mais, comme le précise le journal suisse, ils sont particulièrement adaptés aux enfants à haut potentiel intellectuel (HPI). Les jeunes peuvent y découvrir des disciplines qui ne sont pas enseignées à l’école. C’est le cas, notamment, du codage et de la programmation informatiques, de la robotique ou même des casse-tête.

Le programme PLUS vise à intégrer les jeunes filles

Du côté de la culture, le programme PLUS offre la possibilité aux écoliers suisses de faire de la calligraphie chinoise, d’en savoir plus sur la comédie musicale britannique ou de s’essayer à la rhétorique. Cesla Amarelle, conseillère d’État en charge de la Formation, de la Jeunesse et de la Culture explique que l’objectif est de « stimuler les jeunes et de les pousser à s’intéresser à des savoirs alternatifs ». Pour les élèves surdoués, cela semble être un bon moyen de trouver un intérêt à l’école.

Par ailleurs, l’initiative vise aussi à inclure les jeunes filles. Pour cela, la majorité des ateliers fonctionne avec des quotas pour assurer des places aux écolières intéressées. Certains sont même entièrement réservés aux filles.

Si le succès est au rendez-vous pour cette première édition du programme PLUS, il pourrait par la suite s’étendre aux adolescents de 16 à 18 ans. Ceux-ci auraient alors la possibilité de découvrir des disciplines universitaires comme les sciences politiques ou la sociologie. De quoi les aider à faire un choix pour leurs études supérieures.

Retrouvez notre dossier sur la scolarité des élèves surdoués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *