Une surdouée dresse douze portraits de surdoués pour faire tomber les clichés

Brèves

Diagnostiquée surdouée à 30 ans, Daisy Lorenzi, journaliste, publie livre dans lequel elle propose les portraits de douze autres personnes à haut potentiel intellectuel. Une démarche qui lui permet de mieux se comprendre, mais également d’aborder le sujet loin des clichés habituels.

Couverture du livre de Daisy Lorenzi « Singuliers & Ordinaires. Parcours d’adultes à haut potentiel intellectuel » – DR : Enrick B. éditions

Daisy Lorenzi est journaliste. A 30 ans, elle est diagnostiquée « haut potentiel intellectuel » (HPI), ce dont elle ne sait pas trop quoi faire. Alors, pour apprendre à se connaître, elle décide de faire ce qu’elle sait faire de mieux : dresser des portraits.

Elle rencontre douze femmes et hommes qui, comme elles, sont surdoués, échange avec eux et leur donne finalement la parole dans un livre intitulé « Singulier & Ordinaires – Parcours d’adultes à haut potentiel intellectuel ». Il vient de paraître aux éditions Enrick B., comme le rapportent Les Echos, journal auquel Daisy Lorenzi a elle-même précédemment collaboré.

Rompre avec les clichés sur les surdoués

Dans cet ouvrage de 180 pages, la journaliste aborde différents thèmes pour lesquels les zèbres sont fréquemment sujets à des problématiques spécifiques : le rapport aux autres, l’estime de soi, le parcours scolaire et la vie professionnelle. Un travail qui éclaire les mécanismes mis en œuvre consciemment ou non par les zèbres pour se protéger ou s’adapter, voire se sur-adapter, dans leur vie quotidienne.

Daisy Lorenzi explique avoir souhaité partager des histoires qui « ne souffrent pas les généralités » pour rompre avec les clichés habituels véhiculés par le traitement social et médiatique du haut potentiel intellectuel. Ce livre-portrait offre ainsi l’avantage de présenter des surdoués comme des personnes ordinaires, avec leurs failles et leurs doutes. Mais aussi leurs particularités. Sans jugement ni a priori. De quoi peut-être décomplexer certains surdoués et aider leurs proches à (un peu) mieux les comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *