Arielle Adda, psychologue : « Il faut développer la formation » des professeurs pour mieux encadrer les enfants surdoués

Brèves Scolarité

Arielle Adda, psychologue, spécialiste des surdoués s’exprime dans un entretien publié par L’Est éclair en mars 2019. Elle y donne des pistes pour la compréhension des résultats aux tests de QI. Elle présente aussi des caractéristiques des surdoués. Selon elle, il faut également une meilleure formation du corps enseignant sur la question.

Les jeunes surdoués sont souvent confrontés à des professeurs non sensibilisés à l’école – DR : Shopify Partners from Burst

En prévision d’une conférence à Troyes le 30 mars 2019, la psychologue Arielle Adda, spécialiste des surdoués, a accordé un entretien au journal régional L’Est éclair. Elle y explique que l’analyse des résultats aux tests de QI ne doit pas se cantonner au chiffre global. Il faut tenir compte de l’ensemble des données extraites des cinq échelles. En veillant à prendre en « compte [l]es faiblesses révélées, en ce qui concerne les profils hétérogènes », précise Arielle Adda. Des enfants à haut potentiel intellectuel qui auront d’importantes capacités mémorielles et de perception verbale pourront ainsi souvent se trouver en difficulté face à des situations de raisonnement perceptif. Des points faibles qu’ils pourront alors travailler. Grâce à un accompagnement efficace de la part de psychomotriciens ou de graphothérapeutes formés et sensibilisés.

Doué, plutôt que précoce, surdoué ou haut potentiel

Dans son interview à L’est éclair, la psychologue aborde aussi la question de la terminologie. Elle n’utilise plus le mot « précoce » qui, selon elle, « induit l’idée que ce sont des enfants en avance que les autres rattraperont plus tard, or c’est faux. » Elle préfère le terme « doué » qui, à l’inverse de « surdoué », n’implique pas une « supériorité ». Quant à l’expression « haut potentiel », Arielle Adda considère qu’elle n’est pas assez précise. Selon elle, elle « s’applique à tout et n’importe quoi ».

Plus loin dans l’entretien, la psychologue met en avant « la rigueur de leur logique » des surdoués. Elle estime, par ailleurs, que leur expression « est plus juste, plus raffinée. » Autre caractéristique des personnes à haut potentiel intellectuel, d’après Arielle Adda : leur rapidité de compréhension et d’exécution de tâches pour lesquelles elles trouvent un intérêt. Elle n’oublie néanmoins pas de préciser que « les doués sont généralement hypersensibles ». Ajoutant que cette hypersensibilité peut aider à « cerner rapidement les gens et de fuir les personnes toxiques. »

La psychologue est favorable à la scolarisation des enfants surdoués dans des établissements spécialisés. « Le constat est clair : dans ces écoles, les élèves sont heureux parce qu’ils sont compris, explique-t-elle. Ce qui n’est pas toujours le cas dans le système classique où ils peuvent être harcelés, mis à l’écart, pris en grippe par leur professeur. » Elle pointe notamment la faiblesse de sensibilisation de la communauté éducative sur la question. « Il faut développer la formation des professionnels car il est essentiel de prendre en considération cette particularité pour qu’un enfant puisse pleinement s’épanouir à l’école et dans sa famille », martèle Arielle Adda.

3 thoughts on “Arielle Adda, psychologue : « Il faut développer la formation » des professeurs pour mieux encadrer les enfants surdoués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *